dimanche 17 février 2008

Mosaïque
























"A la moitié du chemin de la vraie vie, nous étions environnés d'une sombre mélancolie, qu'ont exprimée tant de mots railleurs et tristes, dans le café de la jeunesse perdue."
(Guy Debord cité par Modiano en préface à son dernier roman)

5 commentaires:

Agamagra Blackray a dit…
Ce commentaire a été supprimé par un administrateur du blog.
Anonyme a dit…

Mon esprit sombre adhère, pas facile de lutter à armes inégales contre le temps qui passe:"Le présent n'est pas un passé en puissance, il est le moment du choix et de l'action"
et vas y Simone (de Bauvoir n'en déplaise!)
Happy birthday ou coup de blues en noir et blanc?
Bil à l'aide, il me manque des mots aux maux.AM

auteur a dit…

Eh non, bel(le?) anonyme AM.
Pas spécialement un coup de blues, juste l'impression que Debord écrit là aussi bien que Modiano, ce qui n'est pas peu dire pour moi. Et tout aussi d'accord avec ta citation. Notre vie DOIT s'écrire au présent. Sinon, c'est l'insatisfaction assurée. Mais la nostalgie est toujours aussi belle en noir et blanc.

Cat a dit…

"La nostalgie n'est plus ce qu'elle était."
et vas-y Simone (Signoret n'en déplaise !)cher(chère) AM ?

Anonyme a dit…

Il est vrai que nous ne nous sommes pas présenté: au masculin ça me va..,jusqu'à preuve du contraire!
et Cat qui en profite dans mes écarts de langage (au fait belle ou bel? j'ai mon idée...ouarf!)
Nostalgie en couleur parfois: celle qui met en scène des visages et des lieux, celle que St Ex définit par "le désir dont ne sait quoi"AM