samedi 20 novembre 2010

Slurp !

Depuis hier, je réfléchis à un nouveau voyage asiatique.
Des morceaux de Malaisie, Indonésie, Cambodge, Vietnam,...
Pas pour tout de suite mais pour bientôt.

Pourquoi voyage-t-on?

4 commentaires:

Christophe a dit…

Un voyage se passe de motifs. Il ne tarde pas à prouver qu'il se suffit à lui-même. On croit qu'on va faire un voyage, mais bientôt, c'est le voyage qui vous fait, ou vous défait [...] Le voyage fournit des occasions de s'ébrouer mais pas - comme on le croyait - la liberté. Il fait plutôt éprouver une sorte de réduction ; privé de son cadre habituel, dépouillé de ses habitudes comme d'un volumineux emballage, le voyageur se trouve ramené à de plus humbles proportions. Plus ouvert aussi à la curiosité, à l'intuition, au coup de foudre.
Nicolas Bouvier

J'ai toujours eu un faible pour partir... et pour revenir. Les voyages, aussi paradoxal que cela puisse paraitre, nous en apprennent plus sur nous-même lorsque nous perdons nos repères quotidiens. Il faut dès lors puiser en soi pour s'adapter aux nouvelles règles de vie imposées par le nouvel environnement comme un retour au Soi, aux origines, débarrassé de ses bagages culturels.
Pour Paul Morand le voyage est désocialisant, il permet de se soustraire à des normes collectives de mobilité. Il intègre la logique des possibles narratifs : chacun vit son histoire et échappe au conformisme social même si cela en invente un autre !

Tapis sous le sable ou le marais, nous suivons vos aventures en pointillé mais toujours avec délectation.

auteur a dit…

Christophe de l'Ouest ? Niort, La Rochelle ?

Je suis en train de relire Bouvier (L'usage du monde), hasard, hasard...

On ne voyage que pour se trouver, naturellement !
Et on ne se trouve pas si facilement, c'est pour cela que le voyage dure toute la vie.

Christophe a dit…

Heureux qui comme Ulysse...

Oui, un niortais, amoureux de La Rochelle, comme beaucoup, d'ici ou d'ailleurs.
Nos salutations aux vôtres !

Baptiste F. a dit…

Après avoir découvert le blog de Thomas (RE-découvert je ne savais pas qu'il avait reprit l'écriture) J'ai vu en lien sur le côté le blog de son papa.
Très bonne surprise de découvrir deux points de vue différents entre une jeunesse qui découvre les choses et s'émerveille de tout. Et de l'autre côté le samuraï expérimenté, qui de par l'experience compare son vécu et les paysages/histoires nouveaux/nouvelles.
C'est donc avec ces deux tableaux et ces deux palettes de photos qu'on peut dissocier deux vivacités des objectifs et de l'index qui appuye la détente.

Pourquoi voyage t-on ?
On ne peut pas appliquer une réponse universelle, il faut prendre en compte la différence d'âge et d'expérience me semble-t-il.
L'apprenti ,Thomas ; Voyage pour découvrir, apprendre et apprendre, enseigner et être enseigner. La Génération Neuve, voyage car le monde nous l'oblige que les frontières n'ont plus de sens et que nos avenir et la surconnection intermondiale nous pousse à la découverte de territoires inconnues. L'aventure, la peur de l'inconnue procure cette adrénaline naissante qui induie un plaisir intense. Ne pas savoir ce que l'on va manger, ou nous allons dormir, que se passera-t-il demain ?
Mais tout cela dans un cadre maitrisé, nous subissons la destinée du voyage mais opposons nos choix vitaux et de libre confort.
Nous voyageons aussi dans le but de se trouver sois-même. Chercher qui nous sommes en quoi croyons nous, ne pas se faire influencer par un idéal national, mais se laisser bercer par une idéalisation mondiale de vie commune.

Dans le cas du samuraï, le voyage nous libère, il permet de comparer ce qui est incomparable dans notre vie de tous les jours, car un voyage n'est pas que physique il est aussi spirituel. Quitter son doux foyer pour 3 semaines c'est aussi oublier la situation présente et se focaliser sur son objectif de ressourcement.
Comparer avec les populations ce que les gens du même âge ont accomplis. Ne pas comparer la valeur de l'être humain, il est "égal" d'où qu'il vienne, mais faire partager le voyage à ceux qui ne peuvent pas voyager. Leur faire découvrir, un sourire en Asie, une larme en Afrique, des cris en Oceanie. Transmettre un visage et éduquer les populations à ne voir que le sourire d'un enfant et pas sa couleur de peau.
Nous voyageons afin d'accumuler des souvenirs, photografier dans nos mémoires les paysages, les êtres. En tant que samuraï on arrive enfin à se découvrir et se connaître sois-même.
C'est pour ça que l'on voyage.

S'imprégner de sensations et retransmettre ces sensations.